Jean-Michel Klein : un humaniste à la tête du SNORL

Ce qui frappe actuellement dans le monde de la santé, c’est la volonté des acteurs à ne pas rechercher les idées nouvelles, les points d’amélioration et le « travailler ensemble ». Ce qui est l’une des règles du débat public, politique ou sanitaire, c’est ce que Finkielkraut décrit par le « triple paradoxe de notre intelligentsia » qui consiste à remplacer « l’intelligence par l’indignation ; la morale de responsabilité par la morale de conviction ; la complexité du monde par la simplification extatique des problèmes ».

Jean-Michel Klein s’éloigne résolument du triple paradoxe. En cela, il est un homme de rupture et de rassemblement. Il sait dépasser les confrontations et l’esprit de chapelle, passer tranquillement sur les conservatismes pour réfléchir aux lignes de construction du futur et ne pas limiter ses interrogations et ses partenariats à la seule sphère des médecins, voire des professionnels de santé. Il est en cela un « homme de santé » et, espérons-le, préfigurateur d’un renouveau du syndicalisme médical : celui qui redessinera un contrat social entre la profession, les acteurs de la santé, dont les malades et la société.

Toutes les félicitations de nile pour cette élection !

Jean-Michel Klein

Jean-Michel Klein

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *