« Dans Living Lab, il y a vie ! » Billet d’humeur paru dans la Gazette Santé Social – février 2016

A consulter dans le numéro de février 2016, dans la Gazette Santé Social.

14 janvier 2016 au ministère des Finances : une centaine de pionniers se retrouvent sous les auspices passionnés d’Antoine Vial et de Robert Picard. « Living Lab, quèsaco ? »

Sous ce vocable difficilement traduisible, se regroupe un certain nombre de valeurs : coconstruction, partage de projet, intervention au niveau du territoire, évaluation en vie réelle et volonté de dépasser les clivages nombreux qui caractérisent notre pays. Pensez… faire cela dans le temple de Colbert, antre du jacobinisme flamboyant, voilà bien quelque chose de joyeusement subversif ! Il y a quatre ans, personne n’en parlait. L’innovation sociale était rangée dans une armoire étriquée, fermée aux soignants et intervenants « technos ».

Le monde privé n’approchait que difficilement la quintessence publique, les start-up créaient « hors sol » et les projets trouvaient exceptionnellement les financements requis. Dépassant ce constat, les pionniers ont commencé à mettre ensemble de la valeur, à partager un constat reposant sur le besoin de la personne dépendante, à trouver des solutions évolutives et à les évaluer dans la foulée avec les usagers. Le concept de Living Lab était né. Il a d’ailleurs été officiellement reconnu lors de la journée ministérielle sur l’innovation en santé le 23 janvier dernier. « Living Lab, combien de divisions ? » diront les sceptiques (qui posèrent les mêmes questions pour les Gafa [Google, Apple, Facebook et Amazon]). Les réformateurs prendront le pari. Si vous ne savez pas le traduire, pensez que dans Living Lab il y a vie. C’est déjà capital !

Par Olivier Mariotte, président de nile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *