« Médicaments : le Cese s’est-il fait instrumentaliser ? » Billet d’humeur paru dans la Gazette Santé Social – février 2017

A consulter dans le numéro de février 2017, dans la Gazette Santé Social.

Dans un avis remis dernièrement à la ministre, le Conseil économique, social et environnemental a fait un constat critique sur le médicament, son prix et les moyens mis à la disposition de l’État et du législateur pour y trouver des solutions.

Cette auto-saisine, louable sur le fond, tombe au moment où la santé trouve, de façon miraculeuse, un chemin présidentiel dans les élections qui vont marquer la France en 2017. Ce n’est pas nous qui nous en plaindrons.

Encore faut-il cependant que ce débat, voulu par plus de 70 % de nos concitoyens, ne tombe ni dans le pathos, ni dans l’irrationnel, ni dans un débat sur la protection sociale (certes important mais ce n’est pas le sujet), ni dans l’approximation. C’est pourtant l’impression qui se dégage.

Car, instrumentaliser la 3e chambre de la République par une somme politique qui n’aurait d’autres intérêts que de faire fonction de lobby ne fera pas progresser le débat. Surtout quand on voit, par exemple, que les chiffres avancés ne prennent en compte que les prix faciaux (et non les prix réels) de ces médicaments, et se basent sur des traumatismes d’il y a trois ans sans prendre en compte les nouveaux arrivants sur le marché …

Mais qu’est donc allé faire le Conseil économique, social et environnemental (Cese) dans cette galère ?

Par Olivier Mariotte, président de nile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *